Notre mission : Améliorer la prise en charge des patients atteints d'insuffisance cardiaque ou de cardiomyopathie 

L’insuffisance cardiaque en quelques chiffres

Image
La prévalence [C2] de l’insuffisance cardiaque augmente en raison du vieillissement de la population et de l’amélioration de la prise en charge des différentes pathologies cardiaques qui tuent beaucoup moins mais dont un certain nombre va évoluer vers l’insuffisance cardiaque.

Selon la « Note méthodologique publiée en avril 2015 par la Haute Autorité de santé », la prévalence de l’insuffisance cardiaque est estimée à 2,3 % dans la population adulte et à 1,8 % dans l’ensemble de la population française (soit environ 1 130 000 personnes).

Mais l’insuffisance cardiaque est très probablement sous diagnostiquée, car peu connue par le grand public, comme le met en évidence l’étude réalisée par le GICC, auprès de 4 926 français représentatifs de la population française âgés de 18 à 80 ans interrogés entre mars et avril 2017*.

Image
D'après cette étude, la prévalence de l’insuffisance cardiaque serait de 3,6%, soit le double des estimations officielles. Le nombre exact de français atteints d’insuffisance cardiaque est sans aucun doute sous-estimé par les Autorités de santé et pourrait atteindre les 2 millions. Selon une étude menée par l’INVS, l’insuffisance cardiaque serait la cause de 73 000 décès chaque année, c’est-à-dire 7 fois plus que l’infarctus du myocarde.

En 2009, le nombre d’hospitalisations pour insuffisance cardiaque atteignait 152 601 hospitalisations dans la population française bénéficiant du régime général de l’Assurance maladie. Aujourd’hui, le nombre d’hospitalisations est estimé à plus de 160 000.

L’impact de l’insuffisance cardiaque sur la qualité de vie est majeur. Plus de la moitié des adultes atteints d’insuffisance cardiaque, se déclarent en mauvaise ou très mauvaise santé, à comparer à 9 % pour les personnes sans insuffisance cardiaque. La moitié d’entre eux s’estime fortement limitée dans leurs activités habituelles quotidiennes. Les actifs de la tranche 25-59 ans représentant 39 % des personnes atteintes d’insuffisance cardiaque, les conséquences sur la vie professionnelle des personnes concernées (nombreux arrêts de travail, mise en incapacité de travail…) sont également importantes. Toutes ces données ont un impact considérable sur les dépenses de santé et l’économie française.