Notre mission : Améliorer la prise en charge des patients atteints d'insuffisance cardiaque ou de cardiomyopathie 

L’insuffisance cardiaque une pathologie trop méconnue

Image
La méconnaissance des symptômes de cette maladie et la sous utilisation du terme « insuffisance cardiaque » dans le grand public sont en partie responsables d’un diagnostic et d’une prise en charge sont souvent trop tardifs.

Le Groupe Insuffisance Cardiaque & Cardiomyopathies (GICC) de la Société Française Cardiologie (SFC)  regroupe les soignants spécialisés dans la prise en charge des patients insuffisants cardiaques et atteints de cardiomyopathies.

Le GICC souhaite interpeler le grand public et les acteurs politiques sur cette priorité de santé publique.  Une meilleure connaissance de cette pathologie permettrait certainement d’éviter de nombreuses hospitalisations et des[C1]  décès et également d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’insuffisance cardiaque.

Dans ce site web dédié au patient, l’insuffisance cardiaque
 est présentée de manière pragmatique avec ses symptômes, des fiches pratiques et des liens utiles sont proposés pour compléter la documentation disponible. Une application smartphone est en cours pour vous.

Image

Thibaud Damy, Professeur de Cardiologie à l’Hôpital Henri
 Mondor à Créteil et Président du GICC souligne que : « Le manque de notoriété des symptômes de l’insuffisance cardiaque au sein du grand public entraine un retard incontestable au diagnostic et dans la prise en charge des malades. Il faudrait des moyens supplémentaires pour dépister davantage les malades, développer plus de structures multidisciplinaires spécialisées et faire prendre conscience de l’importance de l’éducation thérapeutique dès le début de la maladie ».

Le professeur Thibaud Damy conclut : « Alerter nos concitoyens sur les symptômes à surveiller, c’est les prévenir pour mieux les guérir. En les prenant en charge rapidement, nous pouvons anticiper les complications et améliorer le pronostic vital. A travers l’action du GICC, nous voulons également que les médecins prononcent enfin le nom de l’insuffisance cardiaque. »