Notre mission : Améliorer la prise en charge des patients atteints d'insuffisance cardiaque ou de cardiomyopathie 

Le cœur trop rigide

Image

Le cœur peut être gêné dans son fonctionnement non seulement
 par une diminution de sa force de contraction, mais aussi par une rigidité anormale empêchant les cavités cardiaques de se relâcher et de se remplir de sang correctement (insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée, ICFEP ou amylose). Il s’agit d’un concept plus récent, dont le diagnostic peut être beaucoup plus difficile que celui de la fatigue du muscle cardiaque. Cette rigidité anormale touche essentiellement des personnes âgées (>70 ans), majoritairement des femmes, qui présentent souvent d’autres maladies chroniques associées telles que l’hypertension ou le diabète. Dans cette tranche d’âge, toute dyspnée d’effort inexpliquée doit donc inciter à rechercher activement une ICFEP.

Cette perte de souplesse anormale du ventricule gauche peut être suspectée en échocardiographie de repos. Cependant ce n’est souvent qu’à l’effort que le remplissage inefficace du ventricule gauche entraîne une augmentation anormale des pressions en amont du cœur gauche. Cet embouteillage empêche alors le passage du sang à travers les poumons à une vitesse et à une pression normales, et compromet ainsi le transport d’oxygène ce qui est à l’origine de l’essoufflement. 
Image

Le diagnostic de cette
 maladie nécessite donc, encore plus que celui de la fatigue du muscle cardiaque, des explorations à l’effort permettant de mesurer des pressions sanguines et des vitesses du flux sanguin (échocardiographie d’effort), et/ou de mesurer l’efficacité du travail respiratoire par mesure de la consommation d’oxygène et l’expiration de dioxyde de carbone (test d’effort cardio-respiratoire, VO2).