Notre mission : Améliorer la prise en charge des patients atteints d'insuffisance cardiaque ou de cardiomyopathie 

Quels médicaments.

Image
Certains traitements diminuent le travail du cœur, d'autres renforcent sa puissance, d'autres enfin le protègent. Pour traiter l'insuffisance cardiaque, il faut combiner des médicaments provenant des différents groupes. Cela permet d'adopter le traitement de l'insuffisance cardiaque à la situation particulière de chacun. L’efficacité du traitement pharmacologique est d’autant meilleure que le régime désodé et les recommandations d’activité physique sont correctement suivis.

 

Le respect du dosage prescrit ainsi que du moment de la prise sont importants. Le bon suivi du traitement conditionne son efficacité. Il n’y a pas de traitement « miracle » pour enrayer la maladie. C’est l’association des différentes classes thérapeutiques qui permet d’améliorer la qualité de vie et de diminuer le risque de décès.
les règles d’observance :
  • Respecter les prescriptions
  • Ne pas doubler les doses en cas d’oubli
  • Ne jamais interrompre de traitement sans avis médical
  • L’automédication est dangereuse, même avec des médicaments paraissant anodins
  • Faire renouveler à l’avance son ordonnance
Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC)
L'enzyme de conversion est une substance qui se trouve dans tous les vaisseaux. Elle participe à la fabrication d'une hormone (l'angiotensine II) qui contracte les artères pour maintenir la pression artérielle. Les IEC bloquent inhibent la formation d'angiotensine II et provoquent un relâchement des artères (dilatation). Les IEC sont le traitement de première ligne dans l’insuffisance cardiaque car Ils diminuent la pression dans les artères et soulagent ainsi le travail du cœur, ils agissent également directement sur le cœur en limitant sa dilatation, ils améliorent la capacité physique et la qualité de vie, ils permettent d'augmenter la durée de vie et d'être moins souvent hospitalisé. Il en existe plusieurs (Fosinopril, Lisinopril, Captopril, Enalapril, Périndopril, Ramipril, Trandolapril).
Quels sont les principaux effets indésirables des IEC ?
-        Apparition de vertiges par baisse trop importante de la tension artérielle, surtout au passage en position debout.
-        Survenue d'une toux sèche qui peut également être due à l'insuffisance cardiaque elle-même. Si elle n'est pas trop pénible, il vaut mieux essayer de la supporter.
-        Altération du fonctionnement des reins. Il faut alors diminuer ou arrêter le traitement.
-        Très rarement, œdème de la gorge qui impose l'arrêt du traitement.

Comment surveiller le traitement ?
-        Par une prise de la pression artérielle par le médecin.
-        Par une prise de sang régulière afin de vérifier la tolérance du traitement par le rein : créatinine et potassium lors de l'introduction du traitement et après augmentation des doses, puis régulièrement par la suite.
Les antagonistes de l’angiotensine 2 (ARA2)
L'enzyme de conversion est une substance produite par l'organisme et qui se trouve dans tous les vaisseaux. Elle participe à la fabrication d'une hormone (l'angiotensine Il) qui contracte les artères pour maintenir la pression artérielle. Les ARA2 empêchent l’angiotensine Il d'agir et provoquent un relâchement des artères (dilatation). Ils sont utilisés en cas de mauvaise tolérance aux IEC, à la place des IEC. Il en existe plusieurs (Candésartan, Irbésartan, Valsartan, Losartan, Telmisartan). Ils ont beaucoup d’effets bénéfiques : ils diminuent la pression dans les artères et soulagent ainsi le travail du cœur, ils agissent également directement sur le cœur en limitant sa dilatation, ils améliorent la capacité physique et la qualité de vie, ils permettent de vivre plus longtemps et d'être moins souvent hospitalisé. Dans l’insuffisance cardiaque systolique, leur efficacité est cependant moindre que les IEC et ils ne sont utilisés qu'en deuxième intention
 
Quels sont les principaux effets indésirables ?
-        Apparition de vertiges par baisse trop importante de la pression artérielle, surtout au passage en position debout.
-        Altération du fonctionnement des reins. Il faut alors diminuer ou arrêter le traitement.
 
Comment surveiller le traitement ?
-        Par une prise de la pression artérielle par le médecin.
-        Par une prise de sang régulière afin de vérifier la tolérance du traitement par le rein : créatinine, potassium lors de l'introduction du traitement et après augmentation des doses, puis régulièrement par la suite.
Les bétabloquants
L'adrénaline est une hormone secrétée par l'organisme dans certaines conditions (stress, peur, ... ). Dans l'insuffisance cardiaque, sa sécrétion est augmentée. Sous l'effet de l'adrénaline, le cœur bat plus vite pour essayer d'être plus efficace, mais il se fatigue plus. Les bêtabloquants vont bloquer les effets de l'adrénaline et ralentir les battements du cœur (fréquence cardiaque). Le cœur a besoin de moins d'oxygène, il se fatigue moins vite. Ils diminuent la pression dans les artères et facilitent le travail du cœur.
Ils agissent sur la capacité de pompage et de remplissage du cœur. Ils diminuent le risque de palpitations (tachycardie). Ils économisent le cœur et protègent le muscle cardiaque. Ils permettent de vivre plus longtemps et d'être moins souvent hospitalisé. Les béta-bloquants sont utilisés en première ligne de traitement dans l’insuffisance cardiaque. Il existe plusieurs béta bloquants spécifiques du traitement de l’insuffisance cardiaque (Bisoprolol, Carvédilol, Métoprolol, Nébivolol).

Quels sont les principaux effets indésirables ?
-        Apparition d'une fatigue qui disparaît généralement après quelques temps.
-        Déclenchement d'une crise d'asthme chez les patients asthmatiques.
-        Apparition ou aggravation d'un syndrome de Raynaud : mauvaise circulation du sang au niveau des doigts, surtout quand il fait froid. Ce n'est pas dangereux mais peut être très douloureux.
-        Survenue possible d’une impuissance.

Comment surveiller le traitement ?
-        Par une prise de la pression artérielle par le médecin.
-        Par une mesure de la fréquence cardiaque par le médecin et par un électrocardiogramme (ECG) : risque possible de ralentissement important de la fréquence cardiaque (moins de 40 battements par minute).
Les bétabloquants
L'adrénaline est une hormone secrétée par l'organisme dans certaines conditions (stress, peur, ... ). Dans l'insuffisance cardiaque, sa sécrétion est augmentée. Sous l'effet de l'adrénaline, le cœur bat plus vite pour essayer d'être plus efficace, mais il se fatigue plus. Les bêtabloquants vont bloquer les effets de l'adrénaline et ralentir les battements du cœur (fréquence cardiaque). Le cœur a besoin de moins d'oxygène, il se fatigue moins vite. Ils diminuent la pression dans les artères et facilitent le travail du cœur.
Ils agissent sur la capacité de pompage et de remplissage du cœur. Ils diminuent le risque de palpitations (tachycardie). Ils économisent le cœur et protègent le muscle cardiaque. Ils permettent de vivre plus longtemps et d'être moins souvent hospitalisé. Les béta-bloquants sont utilisés en première ligne de traitement dans l’insuffisance cardiaque. Il existe plusieurs béta bloquants spécifiques du traitement de l’insuffisance cardiaque (Bisoprolol, Carvédilol, Métoprolol, Nébivolol).

Quels sont les principaux effets indésirables ?
-        Apparition d'une fatigue qui disparaît généralement après quelques temps.
-        Déclenchement d'une crise d'asthme chez les patients asthmatiques.
-        Apparition ou aggravation d'un syndrome de Raynaud : mauvaise circulation du sang au niveau des doigts, surtout quand il fait froid. Ce n'est pas dangereux mais peut être très douloureux.
-        Survenue possible d’une impuissance.

Comment surveiller le traitement ?
-        Par une prise de la pression artérielle par le médecin.
-        Par une mesure de la fréquence cardiaque par le médecin et par un électrocardiogramme (ECG) : risque possible de ralentissement important de la fréquence cardiaque (moins de 40 battements par minute).
Les inhibiteurs du récepteur de la neprilysine (ARNi)
C’est une nouvelle classe de médicaments dans l’insuffisance cardiaque. Les ARNI associent un inhibiteur de l’angiotensine avec un inhibiteur de la néprilysine. Ils inhibent la dégradation des peptides natriurétiques et associent les effets d’un inhibiteur de l’angiotensine. Ils ont aussi un effet diurétique. Ils diminuent les œdèmes, diminuent la pression dans les artères et soulagent ainsi le travail du cœur, agissent également directement sur le cœur en limitant sa dilatation, améliorent la capacité physique et la qualité de vie, et permettent de vivre plus longtemps et d'être moins souvent hospitalisé.
Pour le moment il n’existe que le LCZ 696, Sacubitril Valsartan

Quels sont les principaux effets indésirables ?
-        Diminution de la pression artérielle, hypotension
-        Angiooedèmes
-        Risque d’altération du fonctionnement des reins. Il faut alors diminuer ou arrêter le traitement.

Comment surveiller le traitement ?
-        Par une prise de la pression artérielle par le médecin.
-        Par une prise de sang régulière afin de vérifier la tolérance du traitement par le rein : créatinine, sodium, potassium.
La dose de diurétiques doit être adaptée aux conditions climatiques et aux apports en sel.
 
L’Ivabradyne
L’ivabradyne est un traitement utilisé en troisième ligne dans le traitement de l’insuffisance cardiaque. L’ivabradyne agit en réduisant la fréquence cardiaque par une inhibition sélective spécifique du courant pacemaker du cœur. Ce médicament ralentit donc le cœur sans effet avoir les effets indésirables des bêtabloquants. Il a été montré que l’Ivabradyne diminue les hospitalisations et la mortalité dans l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite lorsqu’elle est mise en place en plus du traitement conventionnel si la fréquence cardiaque est toujours supérieure à 70 battements par minute et la fraction déjection inférieure à 35 %. Pour l’instant il n’existe que l’ivabradyne comme représentant de cette classe thérapeutique.

Quels sont les principaux effets indésirables ?
-        ralentissement de la fréquence cardiaque,
-        effet rétinien, rétinite pigmentaire

Comment surveiller le traitement ?
- Par une prise de la fréquence cardiaque régulière.
Digoxine
Ce médicament aux propriétés multiples appartient à la famille des digitaliques, il agit sur le cœur en permettant de renforcer les contractions et ralentir le rythme cardiaque. Il est principalement utilisé en cas d’arythmie cardiaque (fibrillation auriculaire) et d’insuffisance cardiaque. Il a pour principal effet indésirable le ralentissement de la fréquence cardiaque et desextrasystoles ventriculaires.
Comment surveiller le traitement ?
-        Par une surveillance de la fréquence cardiaque régulièrement
-        par une prise de sang afin de contrôler la fonction rénale et la kaliémie (risque d’accumulation du médicament).
Les diurétiques
Quand la pompe cardiaque ne fonctionne pas bien (insuffisance cardiaque), elle ne permet pas l'élimination correcte de l'eau et du sel par les reins. Cela occasionne une rétention d'eau. L'excès d'eau se localise dans les jambes (œdèmes, prise de poids) et dans les poumons (essoufflement). Les diurétiques augmentent l'élimination de l'eau, du sel et du potassium par les reins en faisant plus uriner. Ils diminuent l'essoufflement en diminuant l'eau dans les poumons. Ils font perdre du poids car ils facilitent l’élimination de l’eau et du sel.
 
Il existe plusieurs sortes de diurétiques utilisés dans l’insuffisance cardiaque (Bumétamide, Furosémide, plus rarement Hydrochlorothiazide, en cas de résistance aux autres diurétiques).

Quels sont les principaux effets indésirables ?
-        Sensation de fatigue, surtout si la perte d'eau est très importante
-        Risque de crampes musculaires du fait d'une perte importante de potassium
-        Risque d'altération du fonctionnement des reins. Il faut alors diminuer ou arrêter le traitement.
-        Apparition de vertiges par baisse trop rapide de la pression artérielle

Comment surveiller le traitement ?
-        Par une prise de la pression artérielle par le médecin.
-        Par une prise de sang régulière afin de vérifier la tolérance du traitement par le rein : créatinine, sodium, potassium.
La dose de diurétiques doit être adaptée aux conditions climatiques et aux apports en sel.
Les antagonistes des récepteurs des minéralocorticoides (ARM)
Les reins fabriquent une hormone (l’aldostérone) qui diminue l'élimination de l'eau et du sel et favorise la fibrose, c’est-à-dire le remplacement du tissu myocardique sain par du tissu inerte. Les ARM bloquent l’aldostérone et augmentent l'élimination de l'eau et du sel, mais retiennent le potassium. Ils appartiennent à la famille des diurétiques. Ils sont utilisés en 2eme ligne de traitement, en cas de persistance des symptômes (dyspnée), et si la fraction d’éjection est inférieure à  35%. Ils diminuent les œdèmes, font perdre du poids parce qu'ils augmentent la quantité d'urine, ils évitent la perte du potassium, ils diminuent les troubles du rythme cardiaque, ils permettent de vivre plus longtemps et d'être moins souvent hospitalisé.
Il en existe 2 principaux : Eplérénone et Spironolactone

Quels sont les principaux effets indésirables ?
-        Douleurs au niveau des seins.
-        Baisse de la tension artérielle.
-        Chez l'homme, augmentation du volume des seins (gynécomastie), impuissance
-        Chez la femme, troubles menstruels (irrégularité des règles).
-        Risque de rétention de potassium (hyperkaliémie).
-        Risque d’altération du fonctionnement des reins. Il faut alors diminuer ou arrêter le traitement.

Comment surveiller le traitement ?
-        Par une surveillance de la pression artérielle
-        Par une prise de sang régulière afin de vérifier la tolérance du traitement par le rein : créatinine, potassium.